IMG_1421

IMG_1420

Lorsque l’on achète un meuble ancien, ce n’est pas un simple bout de bois que l’on ramène chez nous, c’est un bout du temps passé. On y retrouve un aperçu de la vie des gens à qui il a appartenu autrefois. J’aime alors imaginer leurs histoires.

Et croyez-moi, un vieux meuble a toujours son histoire à nous raconter. On y retrouve parfois la trace d’une cafetière chaude posée là par une main maladroite, ou celle d’un petit bonhomme gravé avec la pointe d’un couteau par des petites mains d’un enfant profitant du dos tourné de sa maman. Parfois aussi, dans les bureaux d’écoliers, on retrouve un chewing gum désormais pétrifié, collé où l’on pouvait pour ne pas être découvert par la maitresse.

Et puis il y a aussi les objets que l’on retrouve dans les tiroirs. Chaque fois c’est une découverte magique, un monde entier qui s’ouvre à nous. On n’est jamais déçu car on y découvre toujours quelque chose. Moi, ce sont des choses pointues : une aiguille, une punaise, un couteau, une épingle...  Je me demande alors si il y une signification particulière.

Hier, en nettoyant le joli secrétaire des années 50 en couleur miel, j’ai trouvé un petit carton publicitaire d’une boulangerie de l’époque où l’on voit bien, déjà, que le costume n’est pas tout récent. Mais le plus drôle en fait, c’est le numéro de téléphone. Regardez bien : c’est un 9 !!! J’imagine que l’on devait d’abord appeler la standardiste afin de lui communiquer le numéro et la ville avant d’être mis en attente. Je suis née en 1973. Cela n’existait déjà plus mais j’aime rêver de ces années-là.

Voilà pour la petite histoire. J’ai décidé de partager avec vous tous les petits secrets que j’espère pouvoir encore découvrir dans les tiroirs à venir.